Comment identifier ses compétences professionnelles ?

Pour partir sur une nouvelle voie, envisager une reconversion professionnelle ou tout simplement mettre à jour son CV, il est essentiel de savoir identifier ses compétences professionnelles. Mais se limiter à une liste d’expériences passées peut ne pas suffire à convaincre un recruteur, et risque de vous limiter aux postes que vous avez déjà exercés. La question de ce que l’on doit mettre en avant dans son CV peut alors ressembler à une montagne infranchissable… Et cet article vous aidera à la gravir !

Alors, que faut-il mettre dans mon CV ? Que sont les compétences professionnelles, et comment les évaluer ? 

« Ça consiste en quoi, votre métier ?”

Lorsqu’on est dans une situation de recherche d’emploi et que l’on veut faire un bilan de ses compétences, le premier réflexe est souvent de lister les expériences passées avec les noms de postes, et une description brève. Cette approche peut être contraignante : en établissant un “catalogue” de vos titres de poste, vous ne renseignez pas réellement le recruteur sur vos capacités et votre activité réelle ! D’ailleurs, pour un même nom de poste, deux recruteurs peuvent parfois penser à des activités très différentes, et attendre de vous des compétences variées. Tout le monde n’a pas la même définition d’un métier. Chaque personne s’en fait une représentation, souvent éloignée de la réalité des tâches accomplies. 

Si les activités liées à des métiers très techniques font plus consensus entre les professionnels des secteurs concernés, les noms de postes plus récents ou plus polyvalents peuvent parfois prêter à confusion. Cela peut aussi être le cas dans les services centraux, de gestion, du marketing ou de la communication. Ainsi, une petite boutique, une agence de communication et un grand groupe international peuvent toutes les trois embaucher un “community manager” pour la gestion de leurs réseaux sociaux… Mais les fonctions de cet employé, ses tâches quotidiennes, ses interactions avec les autres personnes de l’entreprise n’auront pas grand-chose à voir entre les trois structures ! Il est alors crucial de ne pas s’arrêter au nom des postes exercés pour définir ses compétences.

Mon travail, mode d’emploi !

Pour ne pas tomber dans l’écueil du nom de poste, un bon angle peut être de raconter ce que vous faisiez. Plutôt que de se demander “que dois-je mettre en avant”, la première étape consiste alors plutôt à se poser la question : “qu’est-ce que je faisais ?” Pour cela, pensez simplement à quelques jours de votre précédent poste et à leur déroulement. Que faisiez-vous ? A quoi ressemblait votre journée-type ? Quels succès avez-vous accompli ? De quelle manière, et avec quels outils ?À cette étape, votre récit peut bien sûr prendre toutes sortes de formes. Que ce soit à vous-même ou bien à un(e) proche à l’oreille attentive, peu importe ! Écrivez, à la main ou sur un ordinateur ; faites des listes à points ; faites des dessins figuratifs de vos activités, ou des schémas mentaux pour relier les activités entre elles… Vous pouvez même raconter oralement ces activités à quelqu’un, ou en vous enregistrant. L’important sera de pouvoir reprendre ensuite ces notes et en déterminer les savoirs et les compétences qui vous ont permis de réaliser les activités décrites. Il n’est pour l’instant pas nécessaire d’entrer trop dans l’analyse. Dans ce premier temps, il vaut mieux se concentrer sur un travail descriptif de vos activités. Il faut aussi tenter d’être le plus exhaustif possible. Ce que vos fiches de poste disent de vos expériences précédentes ne correspondent peut-être que partiellement à tout ce que vous avez eu l’occasion de mettre en place. Les hôtes(ses) d’accueil ne font pas seulement qu’accueillir, et les boulangers ne font pas que préparer le pain ! Pensez à toutes les activités transversales ou collaboratives que vous avez pu effectuer. Par exemple, que faites-vous quand vous anticipez un problème ? Comment est-ce que vous le réglez ? Penser aux tâches qui sortent de l’ordinaire. Elles sont tout aussi porteuses de sens et révélatrices de vos capacités que celles auxquelles vous pensez en premier lieu !

Pourquoi ai-je réussi ?

Une fois votre récit effectué et complété au mieux, il faut maintenant s’attacher à en déduire vos compétences. Plusieurs questions peuvent nous venir en tête à ce stade : qu’est-ce qu’une compétence ? Faut-il faire la part entre savoir-être et savoir-faire ? Est-ce ici que l’on retrouve les fameux soft skills apparemment si prisés des recruteurs ? Chez erhgo, nous aurions tendance à vous dire que… Peu importe ! Si ces classifications peuvent sembler intéressantes à certaines échelles, elles manquent parfois de pertinence tant il y a de définitions différentes. Comme pour les noms de métiers, ne nous attachons pas trop aux mots et concentrons-nous sur les effets !

Vous pouvez maintenant reprendre votre liste d’activités précédemment détaillée et vous demander ce qui vous a permis d’y arriver. Toute réponse est bonne à prendre, que ce soit des savoirs très techniques ou des qualités plus générales. Si vous avez exercé longtemps comme chef(fe) de projet, c’est probablement que vous savez utiliser des logiciels de gestion, faire des plannings, mais c’est aussi parce que vous avez le sens des responsabilités et du travail d’équipe. Si vous savez vider un entrepôt, ce n’est pas seulement parce que vous avez votre permis de cariste, mais aussi parce que vous savez imaginer le déplacement d’un volume dans plusieurs dimensions, vous savez vous faire une représentation d’un objectif ! Un bon angle est d’envisager les trois ou quatre activités discriminantes de votre métier, c’est-à-dire celles dont l’ensemble correspond précisément à ce métier et pas à un autre. C’est le modèle que nous proposons avec le projet #JeNeSuisPASunCV. Cette analyse de vos activités en les décomposant va vous permettre de réfléchir à des aptitudes auxquelles vous n’auriez peut-être pas pensé dans un premier temps, et ainsi d’avoir une vue d’ensemble sur ce dont vous êtes capable.

Que mettre en avant dans mon CV ?

La dernière étape est cette question que vous vous posiez en premier, mais vous y voyez maintenant plus clair ! Vous allez pouvoir faire un tri, puis un classement, des compétences précédemment relevées et les mettre en relation avec le métier ou le poste auquel vous aspirez. Bien sûr, il ne faudra pas considérer les choses pour acquises et être prêt(e) à vous former à ce qu’il vous manque pour pouvoir travailler dans un autre secteur ; mais le travail d’analyse de vos compétences que vous avez fait ici prouvera à vos futurs employeurs que vous avez la capacité d’apprendre et d’évoluer. Certains savoirs que vous avez mobilisés dans vos expériences passées seront d’une grande utilité pour la suite, parfois même sans que vous en ayez conscience. Cela peut d’ailleurs concerner des expériences personnelles et non seulement professionnelles. Assurément, organiser un mariage pour cent-cinquante personnes est l’assurance de compétences en gestion de projet, logistique et communication ! Vous pouvez maintenant viser vos nouveaux horizons professionnels en sachant présenter ce que vous pouvez faire, et non plus seulement ce que vous faites déjà.

Chez erhgo, nous pensons que les individus ne devraient pas être réduits à une liste d’expériences professionnelles. Avec #JeNeSuisPASunCV, nous avons développé un modèle qui détermine des activités liées à un métier, et qui vous permet ainsi de comprendre les liens possibles avec d’autres métiers, y compris dans des secteurs totalement différents ou auxquels vous n’auriez pas forcément pensé. Pour aller plus loin dans l’établissement de vos compétences, pour vous aider ou vous aiguiller dans votre reconversion professionnelle, créez votre profil dès maintenant !