Catégories
erhgo

Il était une fois, le recrutement prédictif…

Un conte de Noël

Ecoutez notre podcast ou lisez la version texte ci-dessous !

(ceci est une fiction, toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé serait purement fortuite)

Parce que le capital est maintenant humain, chaque entreprise est en droit de trouver sa perle rare : LE candidat qui supplantera tous ses concurrents grâce à une personnalité atypique, des motivations affirmées… et bien entendu des “soft skills” qui le rendront performant aujourd’hui et demain.

Vous aussi, cela vous fait saliver ? 

La start-up française Skills-addict investit le champ du recrutement prédictif avec l’ambition d’outiller la fonction RH pour la rendre plus performante.

Pitch Deck : 

Vous saviez déjà que la France souffrait d’une pénurie de compétences ; Pour y faire face, nous investissons massivement dans la formation aujourd’hui pour développer les compétences des métiers de demain,…qui n’existent pas encore. 

Ce que vous saviez peut être moins, c’est qu’en rendant le recrutement prédictif, vous allez activer des leviers de croissance insoupçonnés !  Démonstration : 

  • 36 % des personnes recrutées ne sont plus dans l’entreprises 1 an après leur prise de fonction 
  • 49 % d’entre elles ne sont plus présentes 18 mois après leur prise de poste 
  • le coût d’un échec de recrutement se situe entre 15% et 25% de la rémunération brute annuelle

Pour répondre à ces problèmes Skills-addict mise sur une approche révolutionnaire qui va rationaliser votre investissement dans le capital humain ! 

Leur première levée de fonds (en série A) leur a permis de déployer un logiciel SaaS qui fait un trait d’union habile entre machine learning – soft skills – tests prédictifs. 

L’objectif est de rendre la fonction RH plus performante et réduire de plus de 50% le nombre de recrutements ratés avec un ROI qu’on vous laisse imaginer…

La magie algorithmique 

Est-ce que l’intelligence artificielle peut révolutionner la fonction RH ? Bien entendu, bon nombre d’articles ont déjà investi le sujet… mais l’intelligence artificielle, ce n’est pas assez différenciant c’est pourquoi Skills-addict investit dans le machine learning adaptatif et prédictif.

Le recrutement, finalement, c’est un peu comme un mariage : il faut faire matcher le besoin (le poste) avec la ressource qui va en face (les candidats). L’avantage, c’est qu’on a plein de données (fiables !) qu’on peut corréler afin de réussir son mariage. 

En fait, c’est assez simple, il s’agit juste d’identifier les compétences requises dans un poste avec les compétences proposées par les candidats. On mélange, et l’algorithme fait le reste : les candidats sont classés instantanément en fonction de leur chance de réussite ! 

Jérôme Renaud, CEO de Skills-addict témoigne : “Cela fait gagner un temps précieux aux RH. Avant le processus de recrutement durait entre 6 et 12 semaines suivant les entreprises, maintenant, vous pouvez trouver votre talent en moins de 15 jours” 

Vous auriez aimé qu’un logiciel vous recommande la personne avec laquelle fonder votre couple ? Skills-addict vous permet déjà de garantir le succès de vos mariages professionnels en attendant des jours meilleurs…

Hard skills et soft skills sont sur un bâteau… 

Dans un processus de recrutement, l’enjeu est de rapprocher les compétences requises par l’entreprise aux compétences mobilisées par les candidats. 

Pour cela, Skills-addict a agrégé toutes les données compétences disponibles :  

“Nous avons développé un modèle hyper complet qui mixe hard et soft skills composé de 29 626 compétences !” (jusque là, le record était à 26 252) 

“Après, c’est finalement assez simple. En ce qui concerne les hard-skills, nous prenons l’organigramme de nos clients et nous associons chacun de leurs métiers aux 42 compétences clés. Dans un second temps, nous associons chaque métier à un profil soft skills”

Un profil quoi ? 

Un profil soft skills ! Après 1 an de R&D (grâce à la levée de fonds réalisée en série B), Skills-addict a déterminé les 16 profils “soft skills” qui co-existent dans l’entreprise puis développé un test qui permet de situer chacun d’entre nous sur l’un de ces profils . 

Par exemple, les commerciaux sont plutôt Elon Musk, les créatifs Steeve Jobs et les financiers Jeff Bezos. » détaille Jérôme Renaud.

Une fois l’étape de l’évaluation des compétences réalisées, il convient de passer les meilleurs candidats au grill du test de personnalité afin de s’assurer un recrutement vraiment prédictif…

Bienvenue dans un monde qui (ne) bouge (pas)

La performance dans le travail, c’est la combinaison de 2 facteurs : la compétence et la motivation” précise Jérôme Renaud. 

Et pour trouver la perle rare, il faut s’atteler aux deux : 

  • La technologie via le machine learning a fiabilisé la première étape
  • Les neurosciences révolutionnent la seconde  

L’approche prédictive en psychométrie repose sur 3 facteurs : une évaluation fiable des capacités cognitives, des motivations et de la personnalité du candidat” ajoute Jérôme Renaud.

Finalement c’est assez simple (aussi), il suffit de faire un mapping à 360° du poste pour analyser toutes les parties prenantes avec lesquelles vous allez collaborer. L’enjeu est de valider que votre personnalité et vos motivations sont adaptées à votre possible futur environnement professionnel. 

Et si ces parties prenantes changent ? 

“L’originalité de notre approche est de confronter également les candidats aux valeurs et engagements de l’entreprise. Vous savez, les générations Y et Z ont besoin de davantage de sens dans leur travail” ajoute Jérôme Renaud.

Face à ce constat implacable, Skills-addict propose une approche “plug and play” qui risque de faire saliver bon nombre de recruteurs. 

Ce succès annoncé devrait leur permettre d’envisager un fort développement à l’international afin d’apporter une approche globale à l’optimisation du capital humain. 

“Nous travaillons d’ores et déjà à une levée de fonds en Série C ce qui nous permettra d’effectuer des opérations de croissance externe et conforter notre position de leader sur un marché extrêmement concurrentiel” conclut Jérôme Renaud.

Epilogue 

Comme parfois dans un contexte d’hyper croissance, Skills-Addict a dû pivoter.

Malgré un démarrage prometteur, la fonction RH n’a semble-t-il pas adhéré à un outil qui stigmatisait son incompétence en affirmant vouloir la rendre plus performante. 

Des utilisateurs récalcitrants ont exprimé se sentir démunis de ce qu’ils pensaient être le sens même de leur fonction : se forger leur propre conviction sur la capacité d’une personne à s’épanouir dans une organisation mouvante. Certains tentaient même parfois d’échapper aux recommandations du logiciel ! 

Heureusement, leur approche disruptive leur a permis de rebondir. Leur objectif était maintenant de rationaliser les sentiments amoureux afin de les rendre durables. L’enjeu était plus que jamais de devenir une nouvelle licorne française sur un marché en croissance constante.

Une réponse sur « Il était une fois, le recrutement prédictif… »