Je ne suis pas un chômeur (et personne d’ailleurs) !

En cette rentrée 2021, l’optimisme est de rigueur sur le front de l’emploi.

Pôle Emploi a passé la barre symbolique du million d’offres publiées et les chiffres du chômage continuent leur baisse amorcée après le pic atteint durant le confinement du printemps 2020. Pour certains, c’est le signe d’une reprise et d’un rattrapage qui bénéficiera à tous.

Mais le chômage est encore haut (5,7 millions de demandeurs d’emploi en juillet en cumulant les catégories A, B et C). Plus inquiétant, la durée du chômage s’allonge. Le nombre de personnes sans activité depuis plus d’un an a ainsi progressé de près de 7% sur un an. Cela signifie que comme ailleurs, il existe de très grandes disparités de situations.

Les mots du problème…

Le chômage, c’est avant tout une situation administrative. “Chômeur” ne dit pas grand chose d’une personne… si ce n’est pour mettre en avant qu’il lui manque quelque chose. Le mot est même devenu tellement stigmatisant que l’on parle pudiquement des “demandeurs d’emploi”. Ce qui ne change absolument rien au problème.

Comme souvent, le problème commence justement avec la façon de le nommer. Or ici, en parlant des chômeurs, deux questions surgissent :

  1. Chômage et chômeurs, est-ce la même chose ?
  2. Peut-on décrire quelqu’un à partir de ce qui lui manque ?

Personne n’est soluble dans le chômage (mais nous sommes tous et toutes concernés) !

Commençons donc par changer ce premier point.

Vous qui me lisez, peut-être êtes-vous au chômage ou l’avez été à un moment ou le serez peut-être dans l’avenir. C’est à vous que j’écris. En réalité, lorsque l’on parle du chômage et de l’accès à l’emploi, il ne devrait pas être possible de faire autrement que de s’adresser à tout le monde, indépendamment de sa situation.  Ce n’est pas qu’une posture. C’est le meilleur moyen de voir derrière la recherche d’emploi, les capacités qui seront mobilisées demain dans le travail.

Face au chômage, il est donc plus vertueux d’utiliser le “nous”.

Chômeur ne veut pas dire incapable !

Maintenant que nous sommes tous concernés, venons-en à la seconde question. Est-ce que le chômage annule tout ce dont nous sommes capables

La réponse semble évidente : bien sûr que non ! Mais alors, pourquoi est-il si difficile de retrouver un emploi ? Pourquoi ne parle-t-on que de pénurie de compétences ? Pourquoi tous les plans de lutte contre le chômage de longue durée réclament davantage de formation pour les demandeurs d’emplois ?

C’est une erreur de considérer les gens pour ce qu’ils ne savent pas faire. Vous détesteriez que l’on vous présente en disant de vous : “Je vous présente Luc. Il n’a aucune compétence dans le développement informatique alors que c’est un secteur en plein développement. Il n’est pas qualifié non plus dans la maintenance industrielle qui est pourtant un secteur pénurique… Ah oui, il faut préciser qu’il est au chômage depuis presque deux ans. Il n’a donc rien fait ces derniers mois qui puisse vous intéresser.

Cela semble absurde mais ce n’est pas si éloigné de la réalité. Lorsque l’on regarde un CV en ne cherchant que des expériences identiques ou en traquant les “trous” d’activité, il est plus difficile de créer un climat de confiance et de l’envie de travailler ensemble.

#jenesuispasuncv

Pourtant, si chacune et chacun d’entre nous prend le temps de changer de perspective sur le chômage, beaucoup de choses peuvent bouger.

Si vous êtes aujourd’hui sans emploi, vous n’êtes pas pour autant sans activité : prenez le temps de lister TOUT ce que vous faites au quotidien, même ce qui vous semble sans importance. C’est là que vos compétences continuent de se développer ! Et faites-vous confiance : tout le monde a dû surmonter son appréhension avant un premier jour de travail.

Et si vous êtes à la recherche de personnes pour travailler avec vous, gardez cet angle de vue : vous n’êtes pas face à des demandeurs d’emploi mais des personnes qui vont mobiliser leurs capacités

Considérez toutes les expériences, même celles qui vous semblent loin de votre besoin immédiat. 

Regardez ce dont les autres sont capables. 

Agissez comme vous voudriez que l’on agisse pour vous.

La confiance et l’intérêt sont de puissants moteurs de transformation.

Rejoignez la communauté #jenesuispasuncv